Bandeau
Recueil
Partage d’articles et d’outils personnels

Apprentissage, Education nouvelle, évaluation, école, expression, formation, réflexion sur l’éducation, l’école, la petite enfance, les indégalités, lire-écrire, outils pour l’apprentissage, gestion mentale, connaissance de soi, créativité, cartes mentales, Analyse transactionnelle, PNL, Centres PMS, intelligence, "Enfant magique", individualisation de l’apprentissage...

TOUS CAPABLES en PROBLEMES

(avec l’aimable autorisation de Claude Rongchamps)

1. Un problème est écrit au tableau.
Par exemple :
"un train roule à une VITESSE HORAIRE de 120 kilomètres.
Combien de temps mettra-t-il pour parcourir 30 km ? 240 km ? 1200 km ? 80 km ?"

2. Individuellement, SANS RIEN ÉCRIRE (ni papier, ni crayon) :
"COMMENT faire pour trouver la solution ?" Réfléchissez.
(4 à 5 minutes)

3. Travail à deux :"discutez entre vous sur COMMENT faire, toujours SANS RIEN ÉCRIRE".
L ’Institutrice(teur) intervient pour écouter ce qui se dit et poser des questions SANS DONNER DE SOLUTION. Par exemple :
- pourquoi trouves-tu que ta solution est la bonne ?
- pourquoi trouves-tu que la solution de l’autre n’est pas bonne ?
- vérifiez si ça marche avec les questions suivantes.
- vous devez vous mettre d’accord sur une marche à suivre.
- Justifiez votre solution.
(6 à 7 minutes)

4. En groupe de quatre, partagez vos solutions de COMMENT faire, toujours SANS ÉCRIRE quoi que ce soit.
Prise en charge par les autres de groupe de celui qui n’a pas compris chacun doit avoir compris comment faire.
NB. L’institutrice constitue des groupes de 4 au fur et à mesure qu’elle voit qu’il y en a un qui est "plus loin" dans la solution du comment faire.
(+ ou - 15 minutes)

5. Chacun retourne tout seul avec feuille et bic, réalise le travail demandé (résoudre le problème) avec SA solution, SA marche à suivre, et note SES explications (expliquer ses démarches, comment il a trouvé, avec ses mots à lui.)

6. Si un élève n’a pas trouvé, il est relancé par un autre de son groupe de 4, qui lui réexplique sans qu’ils puissent, ni l’un, ni l’autre, RIEN ÉCRIRE. L’élève réessaie tout seul. Il peut être repris en charge, par un autre élève, mais du même groupe.

7. L’institutrice ajoute des consignes supplémentaires, avec des situations plus difficiles. Exemple :
- vérifie, si un train part à 9h 05 et arrive à l0h55, à quelle distance sera-t-il ?
- et dans l0 minutes, à quelle distance sera-t-il ? et dans 5h ? ou 2h 30 ?
De nouveau, le travail de RÉSOLUTION se fait individuellement, mais les élèves d’un même groupe peuvent discuter ensemble sur le COMMENT FAIRE sans pouvoir ÉCRIRE.

Résultat  : tous les élèves ont compris sans qu’il y ait eu besoin de donner une leçon. Ils ont compris le rapport temps/distance, la notion de vitesse horaire, même si tous ne savent pas encore réappliquer dans un autre contexte.

La cotation s’est faite individuellement, avec un total pour le groupe.
On peut aussi faire directement une cotation de groupe.
On peut aussi coter la première résolution individuellement, puis coter le groupe sur les progressions de points réalisées lors des applications par les membres du groupe.

L’astuce de l’institutrice a été de faire suivre ce travail par un travail du même genre en orthographe afin de compenser, pour une élève faible en problèmes mais forte en orthographe, l’image d’elle-même et le mécontentement du groupe à son égard.

Note  : en orthographe, la même démarche a été utilisée : on choisit 10 mots d’un texte étudié ensemble (5 verbes, 2 adjectifs, 1 préposition ... ) et il faut retrouver le moyen d’orthographier ces mots sans faute. On discute en groupe pour arriver à ce que, pour chacun, ces mots soient fixés dans tous les cas, dans n’importe quel contexte.
Vérification les jours suivants.

qrcode:https://recueil.larcenciel.be/TOUS-CAPABLES-en-PROBLEMES