Petite métaphore pour commencer...

Les enfants qui se promènent à pied ont de meilleurs repères, une meilleure connaissance du paysage et retrouvent mieux leur chemin que ceux qui se déplacent toujours en voiture.

- "Ah oui, c’est là qu’il y a le vieux poirier, et là, le petit âne dans sa prairie. Et là, le monument avec ceux qui portent des drapeaux, et là, la petite chapelle avec son vieux tilleul, et ici, la pharmacie, et ici, c’est le bureau de poste..."

Ils ont appris à faire une lecture du paysage. Ils ont des repères entre lesquels ils ont tissés des fils conducteurs dans leur mémoire, et ce réseau de signes à pris du sens pour eux.

Pour cela, il a fallu qu’ils aillent circuler à pied.
L’enfant, en voiture, est conduit : il est pris en charge. A pied, c’est lui qui fait marcher ses jambes : il se prend en charge !
Ils y sont allés pas à pas, avec quelqu’un qui a attiré leur attention sur les signes repérables, en les nommant ("c’est un vieux poirier, c’est la pharmacie, c’est un tilleul près de la chapelle") et qui leur a permis de se poser des questions :

- "Vous savez où on est ? On est perdu ! comment va-t-on retrouver son chemin ? toi, qu’est ce que tu reconnais ici ? Et toi ? Et toi ? Et si tu reconnais cet endroit, où crois-tu qu’on va arriver si on prend ce chemin-là ? Bon, on y va et on verra ! Zut, on est de nouveau perdu ! où croyez-vous qu’on pourrait être ? On va en discuter ensemble."

Quel enfant ne se prendrait pas au jeu ? C’est quand même plus rigolo que de s’asseoir sur un banc et d’apprendre un par un tous les signes qu’on pourrait rencontrer sur le terrain !

Et si la lecture d’un texte s’apparentait à une lecture de paysage ?
Et si on se promenait d’abord lentement, pas à pas dans des paysages d’écrits, jusqu’à ce qu’ils prennent sens ?

Promenez-vous dans les textes qui vont suivre. Vous allez reconnaître des paysages familiers. D’autres vous paraîtrons insolites. Il vous suffira de tisser, pour les relier les uns aux autres, des fils qui constitueront autant de nouveaux repères. Ils deviendront des fils "conducteurs". Vous découvrirez alors un nouvel éclairage pour votre travail, de nouvelles sources de lumière.

Comprenant comment fonctionne la lecture, vous pourrez guider les apprentis lecteurs, repérer où ils en sont. Sont-ils perdus ou simplement en train de chercher leur chemin (1). Vous pourrez guider aussi les "appreneurs" de lecture-écriture s’ils vous demandent leur chemin.

Bonne lecture ! Bonne promenade !

Michel Simonis

(1) Philippe Meirieu, dans "Apprendre, oui mais comment" donne une grille qui permet de distinguer l’apprenant en recherche de celui qui est en difficulté.