PRATIQUE 3 - Quelques pistes à explorer

J’évoque ici une série de pistes de réflexions qu’il me faudrait encore développer mais que chacun peut de son côté compléter par son expérience et ses lectures.

(Suite de l’article 7)

5. L’espace

Utilisation des 5 sens dans les apprentissages scolaires et apprentissage par le mouvement :

- Ancrage, avec différents endroits en classe pour ancrer (développé par la PNL en particulier), lieux de méditation, classes maternelles avec coin froid (eau), coin chaud (feu) coin terre, coin air, coin doux : entrer dans ces espaces crée des conditions qui influencent l’apprentissage, la compréhension, la mémorisation.

- Les aspects matériels de l’écriture : qualité du papier, type d’outil d’écriture, dur, mou, (quelle mine de crayon préfère-t-on ?), type de pinceau, de compas, couleur de l’encre…
Et les bancs, l’assise, la posture, la table horizontale, le coussin “Zen”, les sièges qui permettent ou stimulent le mouvement, tout le travail des kinés et des psychomotriciens à l’école.

- Il y va aussi des questions d’écoute (acoustique des classes), de vision (tableaux qui brillent avec des reflets, fatigants ou illisibles de certains endroits de la classe), d’organisation spatiale (où suis-je bien dans la classe ?), relationnelle (approcher de l’autre et découvrir nos limites de sécurité - respect du corps et de la zone de sécurité), de l’espace pour le mouvement (bouger en classe, comme moyen d’apprentissage)… Les odeurs aussi.

- Quel est l’endroit que je préfère en classe, là où je me sens le mieux ? Et là où je me sens le moins bien ? Préciser ce qu’on sent. Développer le vocabulaire des sensations et des sentiments.

- Les six directions et leurs distorsions : trop en avant [1], trop en arrière, trop en haut (pas les pieds sur terre), trop en bas (trop "terre à terre"), à gauche ou à droite (toutes les questions de latéralité, avec leurs spécificités culturelles (Cf. au Japon, les études sur la langue et la latéralité)…

  • [-* Et bien entendu la question centrale de la synergie entre les deux hémisphères du cerveau, et leur connexion via le corps calleux [2]

- Evoquons aussi la place de la musique et des instruments dans la classe (les pays avec beaucoup de musique dans leurs programmes scolaires ont des élèves meilleurs en math.)

- Et aussi la mesure de l’espace laissé aux élèves et l’espace réservé aux professeurs, aux adultes dans une école (parking) - évolution des chiffres.

- Dimension de la nature : quel espace laissé à la nature, aux jardins dans l’espace scolaire ? quel temps consacré à faire pousser, à prendre soin des plantes, à gérer l’espace naturel (s’il existe encore dans l’école ?). Comment le réhabiliter, le restaurer dans la classe (bac de plantation)

- Transposition de tout cela hors de l’école, pour une réflexion sur le quartier, l’immeuble qu’on habite - réflexion sur l’organisation sociale de la ville - y a-t-il une dimension hiérarchique ? Qui est en haut, qui est en bas ?

6. Quelques questions et remarques en passant

Quelle place le PISA accorde-t-il à tous ces aspects multi-sensoriels de l’apprentissage ? Ne néglige-t-il pas les intelligences multiples ?

Quelle place mon école, ma classe, accorde-t-elle aux différentes formes d’intelligence ?
A l’imaginaire ? (à l’interaction entre les deux hémisphères cérébraux, cf. Marie Pré et la neuro-pédagogie du mandala)
Voir à ce sujet la stratégie en 5 temps développée par Marie Pré dans la formation à l’animation d’ateliers mandala. Voir aussi la rubrique Mandala de ce site et de larcenciel.be.

Se déplacer pour voir le monde d’un autre point de vue (PNL, changer de place) En classe, expérimenter d’être à la place d’un autre (tout le monde change de place - ressentir - s’exprimer - synthèse, avant de retrouver sa place - ressentir la différence - s’exprimer - synthèse - conclusion.

Fait-on du corps une annexe de l’apprentissage (juste un adjuvant) ou bien le coeur de l’apprentissage ? Prend-on en compte les trois cerveaux, tête, coeur et ventre ?
Les chakras, juste du folklore ou une vision cohérente de la réalité de soi, des autres et du monde ?

7. Développements possibles

On arrive aussi aux formes (ressentir la différence entre un toit pointu et un toit plat, développer sa sensibilité aux énergies de forme), aux couleurs, aux textures (modules psycho-moteurs (et Snoezelen)
Cf. l’atelier de l’enfant magique : exploration des textures
La marche consciente, l’exercice de l’arbre, celui du caillou… de l’Enfant magique.

Les exercices que j’ai donné pendant plusieurs années cours de “créativité” à des étudiants en psycho-motricité (sur base de l’Enfant magique et de l’Education nouvelle) : “le voyage dans le soleil, invention d’une danse sur une musique, construction géométique de mandala (travail sur le nombre d’or), etc.
Le travail de Brigitte Simonis, Mémoire de psychomotricité sur la communication à partir des postures corprelles.

Vittoz et “Vers le calme intérieur”
Le mandala (y compris collectif, éléments naturels, en trois dimension)
Matériel d’exploration multisensorielle : mon inventaire
Imagerie : imaginer avant de faire puis vérifier (travail avec les miroirs, d’abord couchés puis relevés ; miroirs collé par deux, qu’on peut ouvrir comme un livre)
Manipulation “dans la tête” des enfants Infirmes Moteurs Cérébraux IMC, dans un article célèbre du GFEN

8. Et puis encore…

(A développer)
- les lettres (Claude Rongchamps),
- les math, ligne des nombres (Dominique Godet), travail d’imagerie sur les décimales…
Identification de la longueur des règlettes cuisenaire dans une boîte fermée, rien qu’au toucher, puis les dessiner sans les avoir vues… (voir…)
- ligne du temps, calendrier circulaire, mandala (voir une séquence mandala et schéma heuristique en 5e - 6e primaire, dans la suite, sur les démarches)
- en géographie, lecture de paysage avec dessin (Ec. Steiner, voir plus loin),
- art social (peinture de groupe, démarche tripartition - dans la suite, sur les démarches)
- Education physique, bien entendu, avec dimension collective, exercice à deux, à plusieurs (voir plus haut),…