Les CEMEA

À L’origine de la naissance des CEMEA il y a l’histoire d’une époque, celle de 1936 et du Front Populaire, époque pleine de promesses, de projets audacieux, de bouillonnement d’idées neuves et de réformes sociales.
Le souci de développer les départs en vacances des enfants n’est pas nouveau, comme celui des vacances des adultes. En 1900, on comptait environ 14 000 enfants en colonies de vacances pour atteindre 420 000 en 1936 et la pression était forte pour une amplification de ces séjours. Les colonies dépendaient alors du Ministère de la Santé et les préoccupations pédagogiques y restaient le plus souvent absentes.
Plusieurs personnalités prennent alors conscience de la nécessité d’une formation des cadres, en particulier André Lefèvre, alors commissaire national des Éclaireurs de France et Gisèle de Failly, militante de l’Éducation nouvelle.
Celle-ci est persuadée que la réussite d’un séjour de colonie de vacances dépend avant tout de la compétence de son personnel. Elle lance l’idée d’entreprendre la formation de l’encadrement. À la simple surveillance, Gisèle de Failly considère qu’il fallait substituer l’action d’éducateurs préparés à leur tâche et soutenus dans leur travail par une conception pédagogique, celle de l’Éducation nouvelle, une pédagogie qui crée des situations où chacun, enfant, adolescent, adulte, en prenant conscience de son milieu de vie, peut se l’approprier, le faire évoluer, le modifier, dans une perspective de progrès individuel et social.
La recherche d’une méthode de formation s’est faite en coopération avec le milieu du scoutisme laïque (*), aboutissant à l’idée de stage pour désigner une période de formation collective.
1937 : Naissance à Pâques du premier Centre d’entraînement, à Beaurecueil en Provence : premier stage de formation de moniteurs.
1943 : L’association prend le nom de Centre d’entraînement aux méthodes de pédagogie active.
voir http://cemea.asso.fr/spip.php?article951