Bandeau
Recueil
Partage d’articles et d’outils personnels

Apprentissage, Education nouvelle, évaluation, école, expression, formation, réflexion sur l’éducation, l’école, la petite enfance, les indégalités, lire-écrire, outils pour l’apprentissage, gestion mentale, connaissance de soi, créativité, cartes mentales, Analyse transactionnelle, PNL, Centres PMS, intelligence, "Enfant magique", individualisation de l’apprentissage...

Gisèle de Failly, fondatrice des CEMEA

Gisèle de Failly (née le 20 juillet 1905 et décédée le 4 mars 1989 à Paris), pédagogue française, est la fondatrice des Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active (CEMÉA). (Voir Wikipedia Gisèle de Failly) :
De formation scientifique, sa vision de l’éducation change fondamentalement au cours de ses voyages.
A Londres, dans un établissement secondaire d’avant-garde qui accueillait 2 000 enfants et jeunes de onze à dix-huit ans, elle observe dans le « laboratoire d’histoire et de géographie », des élèves de tous âges, affairés dans les travaux que leur assignaient des « tâches » prévues pour accomplir un programme minimum qui permettait d’atteindre le niveau des examens officiels et laissait le reste du temps à l’activité libre. Chacun à son gré faisait ses recherches, disposait ses papiers par terre ou sur un mur, relevait une information, écrivait, dessinait, peignait, allait vers une bibliothèque.
Passée voir l’école Decroly à Bruxelles, l’Odenwald Schule en Suisse, des classes nouvelles en France, elle participe en 1932 au 6ème congrès mondial de la Ligue internationale pour l’Education nouvelle et suit en 1934 un cours d’été dirigé par Maria Montessori, qui l’ouvre à d’autres horizons. Puis elle obtient un diplôme de psychologie appliquée.
elle organise le premier Centre d’entraînement à Pâques 1937 et découvre, grâce à d’autres instructeurs le conte, la musique avec la fabrication d’instruments…
Ce n’est qu’en 1957 qu’elle résume ses principes de l’éducation nouvelle, développés grâce à de nombreuses rencontres.
Un texte fondateur, les principes qui guident notre action (1957), laisse une large place à la pratique : le droit à l’erreur et à l’éducation par le jeu ; attachement aux besoins de chaque individu (épanouissement personnel) mais aussi à l’apprentissage de la vie en collectivité, apprentissage par le jeu, acquisition d’autonomie, …
Elle réaffirme également le droit aux vacances, aux loisirs, à l’éducation et à la culture pour tous.
Quelques principes (j’ai choisi ceux qui rejoignent le sujet de ces pages du LIEN, le corps en jeu)
- Notre action est menée en contact étroit avec la réalité.- Tout être humain, sans distinction de sexe, d’âge, d’origine, de convictions, de culture, de situation sociale a droit à notre respect et à nos égards.
- Le milieu de vie joue un rôle capital dans le développement de l’individu.
- L’éducation doit se fonder sur l’activité, essentielle dans la formation personnelle et dans l’acquisition de la culture.
- L’expérience personnelle est un facteur indispensable du développement de la personnalité.
Gisèle de Failly a écrit près de 120 articles dans la revue Vers l’éducation nouvelle.